Œil ivre

ALCHIMIE

Création 2021

"Immolation de Thich Quang Duc" © Malcom Browne

Le feu est quelquefois le plus grand venin du monde, quelquefois la plus grande médecine.
Il est tantôt le mari, tantôt la femme, tantôt le mari et la femme ensemble.
Il est corps et puis il est esprit, il est visible et puis il est invisible.
Barent Coeders Van Helpen , Manuel d’alchimie, 1604

Un homme et une femme choisissent de s’éprouver totalement, en se mettant au milieu des flammes. Littéralement. Pour un dernier ébat ou un dernier combat.
Brûler, s’enflammer et se consumer entièrement. Sans penser à ce qu’il restera de cette combustion. Ou plutôt sans le craindre.
Car ils le savent déjà : à la fin, ils seront en cendres, personnages carbonisés dans leur fiction et danseurs épuisés dans le réel. Mais peu importe. Tout cela n’a pas d’importance maintenant. Ce qui compte, c’est cet instant qui se prépare, cet embrasement à venir, cette flamme, enfin.

Partant d’une installation avec 50 bougies allumées au plateau, Alchimie creusera la notion d’ardeur : ardeur du désir, ardeur de la lutte, ardeur de l’effort.

Ce sera une plongée dans cet imaginaire de l’incandescence, de tous les mouvements qui brûlent (mouvements du corps, mouvements sociaux,…), de tous ces désirs qui embrasent (physiques, artistiques, sexuels, politiques,…)

"Urs Fisher" © Matteo De Fina